browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Effet McClintock

Posted by on 9 avril 2013

 

Quel rapport peut-il y avoir entre la synchronisation des menstruations chez les femmes et le phénomène des balanciers ?

 

SynchronicitéC’est un fait : mettez un groupe de femmes ensemble pendant une période de temps suffisamment long et vous constatez ce phénomène étrange :

leurs règles se synchronisent !

C’est l’effet McClintock, encore appelé phénomène du dortoir

Les cycles menstruels de femmes vivant en communauté fermée ont tendance à se synchroniser au fil du temps.

Les recherches ont apporté la preuve que les phéromones, sorte de substances chimiques odorantes libérées au moment des règles, étaient la cause de la synchronisation.

 

Ce phénomène est-il en relation avec ce que Vadim Zeland(i) appelle un balancier ?

C’est la question qui m’a été posée par un participant au trajet Transurfing(ii) de Bayonne.

En menant l’enquête, je me suis rendu compte que ce phénomène est loin d’être unique. Lorsqu’on observe la nature, il n’est pas surprenant de retrouver ici ou là des mécanismes similaires.

On rapproche souvent l’effet McClintock de l’effet Whitten, son équivalent animal constaté entres autres chez les souris.

Autre exemple, dans une colonie de fourmis : tout se passe comme si un seul et même organisme existait virtuellement permettant aux autres fourmis de coordonner leurs activités (recherche et sélection de sources de nourriture, partage des tâches…). L’efficacité de la colonie est basée sur les innombrables interactions entre les fourmis.

On parle alors d’intelligence collective, un concept basé sur les mécanismes d’auto-organisation, les fourmis communiquant par le contact et l’odorat.

Que ce soit chez les souris, les fourmis, des bancs de poisson, des oiseaux migrateurs ou tout simplement chez les hommes, d’où vient cette incroyable cohérence dans le comportement, comme s’il s’agissait d’un organisme unique qui agit à l’unisson ?

 

Système technogénétique

Pour Vadim Zeland, ceci est l’œuvre d’un balancier

A partir du moment où un groupe d’individus pensent et agissent dans une même direction, ils donnent naissance à une structure d’énergie basée sur de l’information.

C’est ce que Vadim Zeland appelle un balancier
Les balanciers existent dans le monde subtil comme des superstructures qui couvrent chaque groupe social humain que ce soit une famille, une école, une entreprise ou un état. Et de manière générale, toute structure constituée d’organismes vivants qui sont relativement homogènes et par nature bien ordonnés peuvent former un balancier.

Notez au passage que les balanciers sont incapables de matérialiser une intention consciente, ils surgissent spontanément.

Au même moment où la structure se crée et durant son développement se forme alors l’entité énergétique basée sur de l’information qui se charge des fonctions de gestion et de stabilisation de cette structure.

L’existence des balanciers dépend totalement du niveau de stabilité de la structure nouvellement créée. Donc un balancier va tout faire pour stabiliser sa structure.

 

Pourquoi tant de personnes ressentent le besoin de s’affaler dans le canapé après le travail ?

Entre les balanciers et les membres de la structure existent des liens directs et des liens rétroactifs.  C’est grâce à l’énergie de ses membres que le balancier existe et il synchronise leurs actions. Les membres de la structure peuvent librement accomplir des actes mais doivent agir involontairement dans l’intérêt de la structure.

Tout le monde semble libre de faire ce qu’il veut.

Les balanciers rassemblent les idées et les aspirations des gens tout en réduisant la singularité et l’intégrité de chaque individu.

En y regardant de près, le balancier établit les normes de comportement et de pensées, autrement dit, les standards de la normalité.

 

L’instinct de troupeau procure un sentiment de sécurité mais il muselle l’individualité dans l’œuf.

pina-bausch-le-sacre-du-printemps-5f4f3Les balanciers tirent les gens par des ficelles invisibles et les gens obéissent comme des marionnettes.  La règle du balancier se lit « bas-toi et fais comme moi », c’est-à-dire change-toi et renonce à ce que tu es.

Plus grave encore, la personne commence non seulement à exécuter ce que la structure lui ordonne de faire mais aussi à désirer ce qui bénéficierait à la structure.

 

Les adolescents s’habillent de la même façon, utilisent les mêmes expressions et se comportent uniformément malgré leur profond désir d’indépendance. Celui qui ose se comporter différemment est soit ridiculisé, humilié, soit écarté de la meute ou tout simplement roué de coups.

Par nature, le balancier est destructeur au sens où il amène l’homme loin du chemin où il pourrait trouver son véritable bonheur. Mais tous ne sont pas aussi destructeurs. L’intensité de leur influence est inversement proportionnelle au niveau de conscience de l’individu. L’essentiel est de ne pas être un pantin et d’agir consciemment et intentionnellement pour utiliser ces structures à son profit.

La conscience n’est pas le contrôle mais l’observation.

 

Vous avez le choix de devenir ou non comme cet âne qui tourne en rond pour attraper la carotte suspendu devant son museau.

Rappelez-vous que la publicité a un effet zombifiant en exploitant le fait que les gens passent la majeure partie de leur temps à moitié conscient de ce qui se passe autour d’eux.

Plus votre niveau de conscience est élevé, plus vous serez efficace dans la maîtrise de votre destin. C’est en cela que l’homme diffère le plus de l’animal.

 

Surprenez-vous en train de penser : « pourquoi ai-je subitement le besoin urgent de faire ceci ? ».

Transurfing invite à prendre conscience que l’on obtient ce que l’on choisit et que le véritable succès est atteint par ceux qui ont le courage de suivre leur propre chemin : d’abord se permettre d’être soi même, c’est-à-dire s’accepter tel que l’on est et ensuite permettre au monde d’être tel qu’il est en cessant de projeter chez l’autre ses attentes.

Et pour terminer, je citerai ces quelques recommandations que nous a rappelées Vadim Zeland lors de son passage à Biarritz en décembre 2012.

 

Il est important de se souvenir de trois principes fondamentaux :

  1. la conscience : je suis conscient de ce que je fais en ce moment, dans quel but et pourquoi.
  2. l’observation : je ne plonge pas la tête la première mais j’observe de loin et sainement.
  3. la sélectivité : je n’absorbe pas les informations mais je sélectionne, j’observe ce qui se passe, vers quoi je suis entrainé, vers quoi on essaye de m’entrainer et je me demande si j’ai vraiment besoin de cela.

 

« Le but et le sens de la vie de tout être vivant est de contrôler sa réalité.
Vos opportunités ne sont limitées que par votre intention »
Et vous, c’est quoi votre réalité ?
————————————————–

Si cet article vous a plu ou si vous avez envie tout simplement de répondre à cette question, vous pouvez me laisser un commentaire et me faire part de votre point de vue.

————————————————–
(i) Vadim Zeland est un physicien quantique russe, auteur du best-seller international Transurfing

(ii) Transurfing est une série de livres dont 4 ont été traduits en français par Olivier Masselot aux éditions Trédaniel.

 

 

 

3 Responses to Effet McClintock

  1. Sara B.

    Merci encore Olivier pour tes billets toujours intéressants,

    Ma réalité, celle dans laquelle j’avance en ce moment est d’être tout simplement moi, l’artiste qui sort de sa cachette après avoir tenté pendant trop d’années d’entrer dans le moule du 9 à 5, des ventes etc. Tout cela parce que j’ai cru, à l’époque, qu’il fallait faire de l’argent pour être heureux et que le domaine artistique ne pourrait jamais m’apporter cette liquidité. Constat de 17 années de travail  »dans le moule »: pas riche, pas heureuse et vide.

    Heureusement, le 31 décembre 2012, la vie m’a offert une chance sur un plateau d’argent et j’ai pris la décision de plonger. De retirer mon masque de business woman stressée et frustrée et de m’assumer nue, retardaire, créative, aimante et relax.

    Je ne connais pas la suite, mais la route est belle. Sans doûte grace à Transurfing… Il faut parfois du temps avant d’assimilier complètement une matière.

    Merci Olivier et Vadim,

    Sara B.

  2. Sara B.

    Pardon monsieur Sanchez,
    J’ai suivi le lien à partir du Facebook d’Olivier Masselot! Je croyas m’être retrouvée sur son blogue…
    Merci à vous pour ce billet! :)
    Bonne journée,

    Sara B.

  3. Tati Clara

    Super article, merci Franck ! Dans le tome 4 de Vadim Zeland, le concept des balanciers est en effet affiné à l’extrême et j’ai plaisir moi aussi à réfléchir. Par rapport au début de cet article, une question subsiste. Si on comprend bien pourquoi les poissons évoluent en banc, les fourmis en fourmilières, les oiseaux en vols groupés et ce que cela leur apporte en terme de protection, d’énergie par exemple, qu’en est-il des avantages pour leur « progression/évolution » q’une colonie de femmes aient leurs règles en même temps ??
    😉