browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Le secret du secret

Posted by on 23 mars 2016

Qu’est ce qui nous sépare du jeune enfant ? C’est principalement cette capacité à vivre la vie comme un jeu. Regardez-les imiter les « grands » ! Quels sont les états d’être nécessaires pour favoriser cette attitude ? La spontanéité, une certaine naïveté joyeuse, l’émerveillement, la découverte, la curiosité, l’enthousiasme… Pourquoi perdons-nous cette capacité ?

Vous avez 2 leviers possibles pour changer ce qui ne va pas :

  • en vous libérant de vos propres conditionnements : ce n’est pas toujours facile car vous devez faire preuve de détachement, c’est à dire favoriser l’attitude qui consiste à s’observer soi même et à y mettre des mots dessus. Le problème, c’est que nous agissons souvent de manière inconsciente, prisonnier que nous sommes de nos propres conditionnements. Quand des situations se répètent (ex : les gens ne me respectent pas ou ne me comprennent pas, j’attire toujours le même genre de femmes, mes comptes bancaires sont toujours dans le rouge…), c’est qu’il y a souvent derrière ça un programme qui s’active à notre insu mais qui, paradoxalement, satisfait une autre partie de nous. Les dépendances (cigarettes, jeux d’argent,… mais aussi besoins de reconnaissance, de se sentir aimé ou de rechercher en permanence la présence de l’autre….) en sont les meilleurs exemples. Si vous en avez les moyens, faites-vous accompagné par un thérapeute… surtout quand tout va bien !
  • faites tout ce qui vous est possible pour favoriser un état d’être positif. En décidant intentionnellement de prendre soin de vous, vous ouvrez le champ des possibles. Et là, ça ne dépend que de vous et qu’importe votre origine, votre éducation, votre parcours personnel et là où vous en êtes aujourd’hui ! C’est une question de choix. Mais là encore, c’est plus facile à dire qu’à faire : car souvent, continuer à penser et à agir comme on l’a toujours fait, c’est confortable, ça ne demande pas d’efforts. Mais pour élargir le champ des possibles, vous devez d’abord le vouloir et ensuite accepter de sortir de votre zone de confort et braver vos peurs de l’inconnu (souvent fictives, conditionnées).

Pour activer ces 2 leviers, il y a un secret…

Tout repose sur l’énergie libre dont nous disposons : pour nous libérer de nos propres conditionnements, ça nécessite de l’énergie. Pour nettoyer nos vieilles croyances, pour nous séparer de nos vieux habits, de nos bonnes résolutions qui sont restées à l’état de simple idée (il faudrait que je me remette à l’anglais, que je range ces dossiers, que je refasse du sport…), tout ça nécessite encore de l’énergie. Et si je gaspille cette énergie sans y mettre de la conscience, comment puis-je transformer mes rêves en réalité ? Ce n’est pas possible ou alors avec beaucoup d’énergie mais là je prends le risque de l’épuisement (burn out, déprime…).

Quel est le secret derrière le secret ?

Ce que j’ai compris, c’est que la nature n’aime pas gaspiller l’énergie en vain. Elle recherche toujours le chemin de moindre résistance. Elle ne s’enferme pas dans une dualité (bien ou mal, positif ou négatif, nirvana ou samsara…). Elle recherche toujours l’équilibre, l’harmonie.

Vadim Zeland, l’auteur de Transurfing, a parfaitement compris cela et nous propose un modèle qu’il a nommé l’espace des variantes, le champ des possibles. Il nous le décrit comme une réalité qui existe indépendamment de nous… aussi longtemps que nous le croyons. Cet espace des variantes existe au delà de notre champ de perception : il est partout et nulle part à la fois et contient toute la création de l’univers. C’est à dire que tous les événements passés, présents ou futurs sont entièrement engrammés sous forme d’énergie dans ce champ d’informations illimité, infini, intangible, hors de l’espace et du temps … Et c’est nous qui choisissons, consciemment ou non, une variante qui se matérialisera dans notre réalité.

Il nous parle aussi de balanciers. C’est peut être le concept qui heurte le plus notre conscience, qui active nos résistances, qui nous amène à refuser ou même à nier ce qui est !

Qu’importe si les balanciers sont une réalité métaphysique ou non, qu’importe si cet espace des variantes existe ou non. Ce modèle ne vise qu’un but : prendre conscience des lois qui régissent le monde et connaître les principes universels sous-jacents.

Ce modèle et ces principes sont désignés sous la terminologie de « Transurfing ». Son auteur, le russe Vadim Zeland, les a exposés dans une série de livres qu’il a écrits et qui portent ce nom étrange. Cette réalité qu’il décrit aide à comprendre le monde et notre relation au monde. En tout cas, elle fait sens pour moi et je mesure à présent le chemin accompli et celui qui me sépare de la vie, de ma vie, celle qui résonne au diapason de mes aspirations.

Alors pourquoi autant de livres (16 livres publiés en Russie !) pour dire la même chose ? Tout simplement parce que chaque personne est unique et donc chacun a besoin d’une grille de lecture exprimée avec des mots différents qui font sens pour lui.

Vous n’êtes pas obligé de lire Transurfing : observez tout simplement et apprenez ! Mais cela nécessite de l’énergie libre. Alors, pour en avoir plus, un petit conseil (la différence qui fait la différence) : prenez conscience de vos comportements alimentaires. Avec quelle intention vous nourrissez-vous ? Le faites-vous pour remplir votre estomac en conformité avec ce que l’industrie alimentaire vous propose (produits transformés) ou décidez-vous de prendre soin de vous en vous alimentant de produits les plus naturels possibles. Que choisissez-vous ?

Si cet article produit en vous une prise de conscience, j’aurai remplis alors mon objectif : celui d’apporter une pierre à l’édifice d’un monde meilleur, plus respectueux de ce que nous sommes vraiment : des êtres humains (pas un être obéissant, pas une marionnette, pas une personne avec une conscience brouillée – Rappelez-vous l’histoire de Sinbad le Marin du conte des « Mille et une nuits »).

Frank Sanchez – Février 2016 – www.vaguedusucces.fr

Commentaires fermés